13commentaires

Campagne contre le viol par des stars du porno

Avez-vous vu la dernière campagne vidéo contre le viol ? Il s’agit d’un clip diffusé sur Internet par le « collectif féministe contre le viol », et dont le premier rôle est tenu par l’incontournable ((ne cherchez rien de graveleux dans le choix de cet adjectif)) Clara Morgane. Déjà, le choix d’utiliser une star du porno (même à la retraite) pour une campagne contre le viol, ça me parait discutable, bien que compréhensible dans une logique purement marketing, car favorable au buzz. Enfin je vous laisse visionner, nous en discuterons plus bas.

Ca y est, vu ? Alors, réaction à chaud ? Bon, pour moi, l’impression s’est confirmée à la visualisation. Ce clip laisse plusieurs sentiments complètement erronés.

D’abord, la présence très sensuelle de Clara Morgane, en petite tenue et trempée, donne l’impression que le viol touche essentiellement les bombes sexuelles ayant trop joué avec le feu.

Je suis également interloqué par cette histoire de type avec une tête de chien. Est-ce que les gars moches comme… , eh bien comme un chien donc, est-ce que ces gars malchanceux sont des violeurs en puissance ? C’est évidemment plus compliqué que ça. En cherchant un peu, je suis tombé sur une typologie d’agresseurs sexuels. Selon le docteur Claude Balier, il en existe trois types ((extrait du livre Manuel de sexologie (par Patrice Lopès et François-Xavier Poudat)) :

  • sujets très carencés sur le plan affectif, dont le psychisme est peu organisé, avec parfois une débilité intellectuelle. Le passage à l’acte sera souvent de l’ordre de la violence
  • sujets fragiles dont le sentiment d’identité est mal assuré (…). Violence, besoin impératif de séduction, hyperexcitation sexuelle, sont des réactions fréquentes, du moins à certains moments difficiles de leur vie. Mais ils peuvent également commettre des meurtres dans le cadre d’une scène de violence sexuelle
  • sujets beaucoup plus stables, intelligents, bien organisés, souvent de mauvaise foi. Ce sont ceux-là qu’on appelle généralement des pervers. Ils agissent avant tout par séduction et peuvent commettre un nombre incroyable d’actes. On trouve parmi eux beaucoup de pédophiles, quelques pères incestueux ou des sujets ayant certaines pratiques d’agressions de femmes sans aller  jusqu’au viol. Ceux-là commettent rarement des meurtres.

Aucun rapport direct avec le physique de l’agresseur, donc.

Bref, ce clip n’est représentatif ni de femmes violées, ni des violeurs. Autre élément trompeur, il laisse croire qu’il suffirait de dire « non, c’est non » pour que le vilain personnage stoppe son agression. C’est évidemment une ânerie absolue…

Suite à cette campagne catastrophique, Nina Roberts, une actrice du même style cinématographique que Clara Morgane, a décidé de réaliser son propre clip sur le sujet, avec l’aide de ses amis de l’équipe 2laloose.com. La vidéo est plus dure, plus noire. A mon avis, beaucoup plus réussie. Au passage, elle nous apprend un détail méconnu, celui que 74% des viols commis le sont par quelqu’un de l’entourage.

Un commentaire pour : « Campagne contre le viol par des stars du porno »

  • Autant le premier est complètement ridicule et je suis entièrement d’accord avec toi sur le point que ça ne reflète en aucun cas la réalité. C’est limite « humoristique » et je pense que le reflet du chien signifie que miraculeusement il se dégouterai lui même de ce qu’il vient de tenter de faire à la suite d’un « non »(le terme chien signifiant dans ce cas un espèce d’être humain ne sachant pas calmer ses ardeurs). Bah Voyons !
    Autant le deuxième film est d’après moi beaucoup trop « cru » et pourrait rappeler d’horrible souvenir à celles qui sont passé par là. Maintenant, c’est certain que le film en question n’est pas destiné à celle qui l’ont vécu mais à celle qui pourrait le vivre… enfin c’est une question à se poser en tout cas.
    Ou alors, si il faut montrer la vérité jusqu’au bout, autant montrer les deux visages du viol. Une parti vu de la victime, l’autre vu du violeur. Peut-être que si on arrivait à montrer les comportements suspect (du moins les plus généraux)…
    Enfin tout ça est très difficile à définir. D’où les difficultés des victimes à  porter plainte.

  • C’est marrant, j’ai du revoir plusieurs fois la première vidéo pour me rendre compte que Clara Morgane n’était pas consentante….!!!

    C’est bête d’être pas crédible quand on traite un sujet aussi délicat avec le sourire aux lèvres…

  • Le pire, c’est de se rappeler que le premier clip est réalisé pour un collectif féministe. Ça sent le problème de communication interne…

  • Tapamilastiko, le 17 juin 2009 à 09:33

    Le premier clip est une honte !

    Déjà, comme tu le dis, le choix d’une star du porno qui n’est rien d’autre qu’une pute médiatisée.

    Ensuite, « non, c’est non », on croit rêver ! oO

    Et puis, pourquoi attribuer une profession à l’agresseur ? Sympathique de dévaloriser un métier.

    Certes, ça créé du buzz, mais faut voir le buzz, un clip raté qui est bien loin de décourager ou d’informer sur le viol.

  • Raymonde, le 25 juin 2009 à 09:19

    Prendre des stars du porno pour effectuer ce genre de clips pour
    faire atteindre l’inverse du but escompté en faisant passer toutes
    es femmes pour des « nymphos » à travers l’image dépravée qu’elles
    symbolisent. Prévention ou au contraire invitation ?

  • C’est certain, le message est tombé complètement à côté de la plaque.

  • Quand on sait que la plupart des viols sont le fruit des films pornos, franchement Clara, si tu tournais moins dans ces films à la con, y’aurait peut-être moins de viols !

  • Ah oui, la plupart des viols sont le fruit des films pornos ? Je me demande bien d’où tu sors cette info, Totom. Donc, en toute logique, avant l’existence du porno il n’y avait pas de viol ? Hum…
    (en passant, Clara Morgane est à la retraite, de ce côté là :) )

  • En même temps, je comprends ce que Totom a voulu dire.
    On ne peut pas nier que l’abus de porno déforme complètement les notions de respect et d’échange pour un spectateur qui est fragile psychologiquement. Et plus le temps passe, et plus le porno est accessible (tv, internet) donc de plus en plus de personnes amenées à mal interpréter ces vidéos.

    Et puis le porno a toujours existé : on retrouve des scènes érotiques dans de nombreuses gravures du moyen-age, pareil sur des lithographies japonnaises (ça a un nom, mais je ne m’en rappelle plus).

    Et puis les vidéos pornos, ça doit rendre des tas de gens jaloux et frustrés, n’empêche…! (déjà certainement plus que les lecteurs de romans érotiques..)

  • Complètement d’accord, le porno peut foutre des vies en l’air. Le problème, surtout, est qu’il devient massivement accessible à des enfants qui n’ont pas, pour la plupart, les clés permettant de faire la différence entre la réalité et la fiction. Il peut même être un déclencheur de comportements à risque. Mais ce n’est qu’un parmi tant d’autres. La psychologie humaine est tellement compliqué… N’importe quel événement peut dérégler, déboussoler quelqu’un et l’amener à commettre des viols.

    Mais il ne faut pas se tromper de coupable. Si le porno existe et si son industrie est si lucrative, c’est parce qu’il répond à une forte demande, à des besoins. A mon avis, la meilleure façon de lutter contre le porno et ses dérives, c’est d’abord d’accepter que cette demande existe, qu’elle est humaine (j’entends par là normale), et ensuite de trouver un moyen plus socialement acceptable de répondre à cette demande.

  • Le porno, en lui-même, n’est pas générateur de viols. C’est comme si on disait que les livres de cuisine incitent à la haute gastronomie. Or, de même qu’il existe des livres de recettes de toutes sortes (rapides, complexes, végétariennes, exotiques, traditionnelles, etc.), il existe des films pornos de toutes sortes. Le problème avec un très grand nombre de films et images pornos actuels, c’est qu’ils insistent sur le fait qu’une femme qui dit « non » finira par dire « oui », il suffit d’insister et de placer les arguments de gré ou de force (admire la métaphore).

    J’ai lu récemment dans le témoignage d’une avocate spécialisée dans l’assistance aux femmes victimes, que beaucoup de jeunes accusés de viol sont réellement surpris par la gravité des faits qu’ils ont commis. Ils savaient que c’était pas bien mais un peu comme de ne pas tenir la porte ouverte à la personne qui nous suit. La plupart d’entre eux n’ont eu en tout et pour tout comme éducation sexuelle que les films pornos.

    Je ne sais pas si c’est à l’école de faire cette éducation. Je n’en suis pas sûre mais, à part elle, qui pourra la faire ? Les parents ont visiblement oublié que c’était leur devoir. =/

    (et si tu n’es pas référencé sur « porno » après ce magnifique effort, c’est navrant)

  • Oui tu fais bien de le souligner, les violeurs ne sont pas tous des pervers pathologiques. Il y en a probablement une bonne partie qui souffrent d’un manque de repères et d’éducation sexuelle. Education qui devrait être faite par les parents. D’ailleurs, le fait d’évoquer le sexe suffisamment tôt pourrait incidemment améliorer les rapports parent/adolescent. Quand on y pense, c’est aberrant de penser qu’on fait ainsi l’impasse sur une des premières préoccupations de ces derniers.

    (et je n’ai même pas de trafic supplémentaire, si c’est pas malheureux de faire tant d’efforts pour rien)

  • Notre association travaille autour du thème de la violence. Et particulièrement autour des violences faites aux femmes et également en milieu prostitutionnel.
    Notre site : http://www.transfaq.fr

    1/notre première étude actuellement : recueillir des témoignages (nous en avons déjà pas mal) sur les modes opératoires des agresseurs; afin d’affiner notre enseignement

    2/ Nous cherchons une personne travaillant dans ce milieu ou ayant eu une expérience pour nous aider à trouver les mots utiles pour les publics féminins. Si cette personne a une pratique ou expérience de l’auto défense, elle sera doublement bienvenue

    N’hésitez pas à nous contacter

Laisser un commentaire pour : « Campagne contre le viol par des stars du porno »

Votre email ne sera jamais communiqué. * champs requis