0commentaire

Souriez, vous êtes googlé !

Souriez, vous êtes googlé !
Nos données personnelles se baladent un peu partout. C’est triste, mais on le sait. En deux jours, j’en ai eu deux belles illustrations grâce à notre ami Google.

Disparaitre de google ? Pas si simple.

Il y a quelques mois, une de mes amies a décidé qu’elle ne voulait plus apparaitre sur les moteurs de recherche, et ce pour des raisons professionnelles tout à fait légitimes. Elle m’a donc demandé d’anonymiser des commentaires qu’elle avait laissé ici-même en les signant de son prénom et de son nom. J’ai donc modifié le nom de famille pour n’en garder que la première lettre, du style « Marie H ».

Or hier elle se googlise et qu’elle n’est pas sa surprise (puis la mienne) de découvrir sur la première page de résultat un lien vers ce même commentaire que j’avais anonymisé ! Je vous explique. Elle a un prénom assez courant. Imaginez un peu : vous tapez « Marie Hefam » sur Google et au 4e résultat vous tombez sur un commentaire signé « Marie H ». Oui car Google a parfaitement mis à jour son index et affiche bien « Marie H » dans le résumé du résultat de recherche, et non « Marie Hefam ». Alors qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que Google a gardé en mémoire l’ancienne version de la page afin de pouvoir effectuer une recherche dans le temps. Combien de temps il va garder cet historique en mémoire ? Mystère ! Souriez, vous êtes googlé pour un bon bout de temps.

Ma famille et moi, on est sur Google

Autre histoire. Aujourd’hui, je me suis googlé (mes clients me googlisent, il faut bien que je sache ce qu’ils voient). Tout en bas de la page de résultats, il y a un encart « recherches associées ». Et que vois-je là ? Une recherche vers ma sœur. Je googlise ma sœur, qui vois-je dans les recherches associées ? Ma mère et moi. La question est : comment Google connait-il mes liens de parentés ? Est-ce seulement un algorithme de recherche ou un achat de données à un site tiers, genre Facebook ou Copains d’Avant ? Je rappelle que mes clients me googlise régulièrement. Si j’avais des gangsters dans la famille, Google pourrait donc porter préjudice à mes affaires…

Bref, tout cela n’est pas d’une importance capitale. Mais, et là je m’adresse aux plus jeunes d’entre nous, une fois en ligne, nos données ne nous appartiennent plus. Tournez 42 fois vos doigts autour de votre clavier avant de diffuser votre vie privée sur Internet. Elle pourrait bien devenir publique pour l’éternité !

Laisser un commentaire pour : « Souriez, vous êtes googlé ! »

Votre email ne sera jamais communiqué. * champs requis