3commentaires

Voyage linguistique avec l’accident cardio-vasculaire (AVC)

Comment un accident cardio-vasculaire peut vous donner l’accent jamaïcain ou québécois.

linguistique-avc.jpgLe Canada, c’est grand, vous le savez. Alors vous imaginez bien qu’il y a là-bas des différences d’accent très prononcées, peut-être pires qu’en France (si tant est que l’on puisse imaginer différence plus prononcée que celle des Marseillais et des Lillois). Après avoir subi un AVC (Accident Cardio Vasculaire), une femme ayant passé toute sa vie dans l’Ontario s’est mise à parler avec l’accent de Terre-Neuve (plus de 1000 km au nord-est de sa province).

Ce genre de chamboulement linguistique est assez rare. Une vingtaine de cas signalés dans le monde, dont une femme du Royaume-Uni qui s’est mise à parler avec l’accent jamaïcain.

Appelé « Syndrome de l’accent étranger« , cet endommagement des zones linguistiques du cerveau a été découvert pendant la seconde guerre mondiale, après qu’une norvégienne blessée par un obus ait parlé avec l’accent allemand (nul doute que l’obus était allemand, le vilain).

On pourrait se poser de sérieuses questions spirituelles :

  • Tous les accents sont-ils inscrits en nous dans notre mémoire génétique (Babylone n’est pas loin) ?
  • Ces gens habitaient-ils dans ces régions du monde dans une vie précédente (ça deviendrait comique dans le cas d’une réincarnation animale) ?

Rien de tout ça. La science explique. Pour le langage, les deux hémisphères du cerveau ont deux fonctionnalités différentes. L’hémisphère gauche gère la sémantique : le sens des mots. Le droit, quant à lui, gère l’aspect mélodique : comment les mots sont prononcés, les différentes intonations en fonction du contexte…

L’AVC provoque donc un dérèglement de cette zone du cerveau : l’intonation et la prononciation sont subtilement modifiées. Or, dans un accent, tout est justement affaire d’intonation et de prononciation. De sorte que le nouvel équilibre trouvé par la personne se rapproche immanquablement d’un accent particulier d’une région du monde. Il s’en rapproche, mais il n’est évidemment pas une copie conforme de l’accent, puisqu’il s’agit d’un hasard de remodelage. Par exemple, l’anglaise à l’accent jamaïcain explique que tout le monde n’entend pas la même chose : sa belle-soeur lui trouve l’accent italien, tandis que selon son frère, elle parle plutôt comme une slovaque…

Point de mystique, donc. Juste un grand chamboulement hasardeux du ciboulot.

Note : l’image utilisée pour illustrer cet article est le logo de l’Institut Linguistique du Canada.

Un commentaire pour : « Voyage linguistique avec l’accident cardio-vasculaire (AVC) »

  • Peut-être que c’était un AVC terre-neuvien ?…

  • Eh ben la voilà, ta solution !
    Toi qui rêves d’avoir l’accent marseillais, il te reste plus qu’à attendre l’AVC !

    Croisons les doigts pour que ça ne se mélange pas avec l’accent belge au final…!

  • Attention, j’aime l’accent du sud en général, mais le marseillais en particulier, je ne sais pas. Je n’ai pas eu l’occasion de parler avec eux, l’été dernier. Si ça se trouve, c’est horriblement moche :D

    Mais statistiquement… Je crois que je tenterais plutôt ma chance en déménageant !

Laisser un commentaire pour : « Voyage linguistique avec l’accident cardio-vasculaire (AVC) »

Votre email ne sera jamais communiqué. * champs requis